Uber limite à dix heures le temps de travail de ses chauffeurs (L’opinion)

09 Mar Uber limite à dix heures le temps de travail de ses chauffeurs (L’opinion)

À partir de lundi 5 mars, les chauffeurs Uber ne pourront plus rouler pendant plus de dix heures rapporte Le Parisien. Une mesure de sécurité avance Uber.

Cela fait un mois que l’expérience est testée auprès d’une centaine de chauffeurs. Dès lundi, elle va être définitivement appliquée par Uber, et les chauffeurs de l’entreprise américaine ne pourront plus travailler sans interruption. Le géant du VTC a prévenu ses employés jeudi dernier. Dorénavant, après dix heures consécutives de courses, les comptes des chauffeurs se déconnecteront automatiquement et ceux-ci ne pourront reprendre leur activité qu’après six heures de pause.

Sécurité des clients. L’entreprise californienne justifie sa décision en mettant en avant le principe de précaution et les risques encourus. « La sécurité de nos clients, passagers comme chauffeurs, est notre priorité, et nous sommes convaincus que cet outil permettra d’agir pour davantage de sécurité sur la route tout en garantissant le maximum de flexibilité aux chauffeurs utilisant notre app », a expliqué Uber.

Certains chauffeurs ayant participé au mois d’expérimentation valident cette décision. « C’est une bonne initiative, ça devrait permettre de limiter les excès, de se reposer et d’être plus productif. Mais il faudra qu’Uber nous donne de bonnes courses, si c’est le cas, les chauffeurs n’essaieront pas de faire plus de dix heures, », explique au Figaro Toutou Koné, l’un des chauffeurs qui a participé au test d’Uber.

« Provocation d’Uber. » Le prix des courses est d’ailleurs ce qui focalise la colère des syndicats. « Ils réduisent le temps de travail sans garantir le prix des courses. C’est une provocation de plus d’Uber qui impose seule une décision sans demander leur avis aux chauffeurs », a expliqué Fabian Tossolini, de la section VTC de la CFDT, au Parisien. Dans tous les cas, la mesure est facilement contournable : au terme des dix heures, les chauffeurs pourront toujours passer sur une autre application de VTC comme Taxify ou Heetch.

 

L’analyse de la CTT : 

« C’est le démarrage de l’organisation VTC sur le mode taxi parisien… »