CTT - La compagnie de Taxi | Toulouse : Les taxis interpellent la Ministre des transports sur les conducteurs et VTC illégaux
 

Toulouse : Les taxis interpellent la Ministre des transports sur les conducteurs et VTC illégaux

08 Juin Toulouse : Les taxis interpellent la Ministre des transports sur les conducteurs et VTC illégaux

Dimanche 3 juin 2018, l’Union nationale des taxis 31 a diffusé une lettre ouverte adressée à la Ministre des transports, Elisabeth Borne, dans laquelle elle exprime sa colère.

« Notre profession est découragée et désœuvrée ». Ce sont ces mots qui ouvrent la lettre ouverte de l’Union nationale des taxis 31 (UNT 31) adressée à la Ministre des transports, Elisabeth Borne, publiée dimanche 3 juin 2018. Si les taxis de Toulouse et de Haute-Garonne lancent cet appel, c’est qu’ils ont l’impression que, malgré leurs efforts, ils sont toujours autant lésés par les représentants de l’Etat, explique Stéphane Abeilhou,  responsable de l’antenne régionale du syndicat de défense des taxis :

Cela fait cinq ans que nous faisons preuve de facilité à rebondir, nous nous sommes toujours adaptés. Que ce soit pour la géolocalisation, la carte bancaire dans les voitures, la TVA de 5% à 10%… Mais malgré tout cela, les lois continuent d’être bafouées. Le plus grave, c’est que n’importe qui peut s’improviser taxi, sans formation, ni réglementation ou contrôle.

Uber et autres VTC en cause

Cela ne date pas d’hier, mais la bisbille entre les chauffeurs de taxis et les VTC (illégaux) continue. Si la loi Grandguillaume était venu rassurer les premiers, le manque d’efficacité dans l’application de celle-ci les a poussé à interpeller la ministre. En effet, les contrôles, que l’UNT demande ardemment, tardent à être mis en place ou ne le sont que très peu selon Stéphane Abeilhou :

A Toulouse, on nous a promis une Task force pour contrôler, ainsi que des interventions des comités opérationnels départementaux anti-fraude (CODAF), et, surprise ! A chaque fois qu’ils ont fait une opération, ils sont tombés sur des taxis illégaux. Mais les contrôles sont trop rares. C’est quand même un comble, que nous soyons obligés de demander nous-mêmes à être contrôlés plus souvent ! 

Lisez l’intégralité de l’article en cliquant ici.